Business Angels : le bilan français

Création d'entreprise

France Angels

La problématique du financement par des business angels est passionnante. Sans doute, parce que la France a un retard conséquent en la matière et qu’il est toujours encourageant de découvrir ça et là un bilan positif.
Nous vous proposons ci-dessous de vous donner quelques indications sur le développement des réseaux de business angels en France.

Ces indications sont en fait le fruit d’une étude menée par la Fédération française des réseaux de Business Angels : est une association loi 1901 pour la promotion de l’investissement par les Business Angels, créée en 2001.

C’est d’ailleurs France Angels qui a apporté son soutien pour la création d’un 1er réseau de business angels varois : Var Business Angels.

De tous les acteurs, France Angels est sans équivoque le plus représentatif : il rassemble à lui seul environ 50% des business angels français.

Dans une étude conduite sur 2007 auprès de toutes les structures de business angels soutenues par France Angels, il ressort les points suivants :

  • France Angels, acteur majeur : France Angels regroupe au 31 décembre 2007 54 réseaux de business angels. Ensemble, cela équivaut à 3500 business angels.
    Le nombre de business angels estimé en France est de 7000 environ, France Angels représente 50% d’entre eux.
  • Un développement « rapide » : sur la seule année 2007, 24 des 54 réseaux de France Angels ont rejoint France Angels ! Cela reste à nuancer avec les chiffres anglo-saxons toujours bien supérieurs.
    Toutefois, Claude Rameau, président de France Angels annonce son objectif de 20 000 business angels en 2012 !
  • Une typologie originale des réseaux : en France, les business angels sont à plus de 50% regroupés sous France Angels. En comparaison, aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, seulement 10% des Business Angels sont ainsi regroupés au sein de structures formelles.
    71% des réseaux sont créés en association loi 1901 et animé majoritairement par des bénévoles !
    Enfin, il est à noter la prépondérance du critère géographique dans l’investissement (82% des entreprises qu’ils financent se trouvent dans le même secteur géographique.)
    Je me souviendrais toujours de ce business angels parisien pourtant qualifié pour le type de projet spécifique dont on portait le développement qui m’avait sèchement rétorqué de voir avec les réseaux dans le Sud.
  • Des bons chiffres : 2007 représente pas moins de 800 projets sélectionnées (sur les 3500 reçus) et 214 sociétés ont reçu un primo-investissement pour un total de 37 millions d’euros (le ticket moyen tourne autour de 150 000 euros environ d’après mes calculs).
  • NTIC / internet / e-commerce en tête du classement des investissements : Il est à égalité avec le secteur des logiciels et du multimédia qui pèsent tous deux 30% des entreprises sont issues du secteur. Vient ensuite le secteur de l’industrie et des services (20%) et des biotechnologies/santé (15%)

En résumé, tout cela est bien encourageant et ce billet est l’occasion de tirer notre chapeau à Claude Rameau et son équipe pour leur investissement !

Commentaires

0