Extrait du E-Book : "La chance et les entrepreneurs"

Création d'entreprise

Chance

L'Ebook des Entrepreneurs a été publié lundi dernier. Nous avons déjà eu l'occasion de revenir sur les retours très positifs de cette initiative.
Pour celles et ceux qui n'ont pas encore découvert ce document collaboratif, je vous propose ci-dessous un des extraits des retours d'expérience proposés.
Avec la liberté, la passion, le courage, le bonheur et l’énergie d'entreprendre, voici un sujet sur la chance et l'entrepreneuriat.

Difficile d’aborder un sujet comme la chance dans la création d’entreprise…et pourtant c’est une réalité bien présente de tout parcours d’entreprise.

Au départ d’un projet de création d’entreprise, la majorité des consultants que vous rencontrez vous incite à produire plusieurs business plans :

  • le business plan optimiste
  • le business plan normal
  • le business plan pessimiste

Entre les deux, certains appliquent des règles strictes et extrêmes : diviser le CA par deux et mutiplier les charges par deux.
Par delà le simple calcul, l’objet d’un tel exercice est double :

  • montrer au porteur de projet quelles sont les limites de sa société ? Quel est donc son seuil de rentabilité ? Quel est le scénario le pire que l’entrepreneur puisse accepter pour que sa société puisse continuer d’exister ?
  • faire prendre conscience de la part d’aléatoire dans ce projet.

Et c’est bien sur ce dernier point que je souhaite évidemment insister.

A la réalisation de business plan sur 3 ans, la part d’aléatoire est immense. Le fait de maîtriser ou non ses charges, de signer ou non ce contrat mensuellement est une statistique facile à appliquer dans un tableur…mais dans la réalité, il en est tout autrement.

Le « terrain » au sens où la création d’entreprise se situe au maximum dans la sphère commerciale et communication est source de bien de leçons.

Or le terrain est sans doute ce que l’entrepreneur connaît et connaîtra le moins car il s’agit d’un environnement complexe dans lequel la part de hasard est prépondérante.

La simple (mais symbolique) action que de signer un contrat est certes du au travail fait en amont, mais aussi à la chance…au sens où votre client a, à ce moment précis, eu le besoin auquel vous répondiez.

Tous les entrepreneurs ont leur anecdote de ce contrat bien heureusement signé. Et inversement, chacun a le souvenir moins appréciable d’un contrat manqué et dont on peut avoir été sur qu’il se concrétiserait…

Je ne réduirai pas bien sur l’entrepreneuriat a une simple affaire de chance. Fruit des efforts et de méthodologie, on peut minimiser cette part de hasard mais aucune entreprise ne peut en être exempt.

Et je ne veux pas ignorer que cette chance fait partie du parcours de l’entrepreneur.

Alors, si vous souhaitez entreprendre : Bonne chance à vous !

Commentaires

0