Sisyphe ou le mythe de l’entrepreneur 2013

Création d'entreprise

Sisyphe

Pour avoir osé défier les dieux, Sisyphe a été condamné à un châtiment sans fin : faire rouler jusqu’au sommet d’une colline un lourd rocher. Mais ce dernier redescendait sans jamais en avoir atteint le point culminant…obligeant alors le mythique fondateur de Corinthe à recommencer son ouvrage.

Cette punition des dieux a philosophiquement été interprétée comme la métaphore de la vie ou sinon plus prosaïquement comme l’évocation du cycle solaire. Pourtant les difficultés d'entreprendre en 2013 pourraient laisser penser à un Sisyphe entrepreneur.

Sisyphe me fait un peu penser aux courageux entrepreneurs de l’époque actuelle. Car entreprendre, par delà le vœu exaucé de liberté apparente, signifie aussi de mener à bien jour après jour le défi de la création puis du développement d’une entreprise. Et en la matière, l’ouvrage n’est pas facile…voire tend presque à se compliquer ces derniers mois.

Chaque journée est un défi : un défi contre le temps, un défi contre la concurrence, un défi contre les autres, ceux qui ne croient pas au projet. Un défi dans lequel le contexte actuel, tant politique qu’économique, rend l’exercice plus délicat encore. Et en ce sens, « les Sisyphes entrepreneurs » se font plus rares ces derniers temps…

Ce n’est donc pas si surprenant de voir les chiffres de la création d’entreprise se ralentir nettement ces derniers mois (-15% sur décembre 2012). 550 000 entreprises ont été immatriculées l’an dernier. Un bon chiffre a priori, stable par rapport à 2011 mais plus nuancé si l’on regarde le détail :

  • le chiffre est en réalité boosté  par le statut de l’auto-entrepreneur (plus de 300 000).
  • Mais dans le même temps, le statut étant devenu très incertain à l’automne et les deux derniers mois de l’année ont enregistré une baisse de plus de 43% des immatriculations d’auto-entrepreneurs plombant alors le chiffre global de 15 points

De l’autre côté des entrepreneurs, les investisseurs se montrent actuellement plus prudents aussi. La baisse est d’ailleurs symptomatiquement la même : le montant des investissements dans les projets de startup a diminué de 15% l’an dernier.

C’est dans cette atmosphère morose que Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l'Innovation et de l'Economie numérique, aura lancé le 14 janvier dernier les Assises de l’Entrepreneuriat dont voici les 9 thématiques de fond :

  • Diffuser l’esprit d’entreprendre auprès des jeunes
  • Asseoir un cadre fiscal durable pour l’entrepreneur
  • Mobiliser tous les talents pour la création d’entreprise
  • Proposer de nouvelles sources de financement pour les entreprises
  • Promouvoir et valoriser l’entrepreneuriat « responsable »
  • Stimuler toutes les formes d’innovation dans l’entreprise
  • Offrir à l’entrepreneur un accompagnement « global » et sur mesure
  • Réussir la projection précoce des PME à l’international
  • Inventer l’entreprise du « futur »

Tout un programme dont les conclusions seront partagées vers le mois d’avril. Nul doute que les entrepreneurs les attendent fortement. Car les Sisyphes ont besoin d'un peu de soutien dans leur mission.

Entrepreneurs ou pas, nous avons tous un peu notre « défi Sisyphien », ce défi à mener jour après jour…qui malgré tout donne un peu un sens, fut-il parfois absorbe, dans notre vie. C’est d’ailleurs en ces termes qu’Albert Camus a analysé le Mythe de Sysiphe. Il considère qu'il faut imaginer Sisyphe heureux car il trouve son bonheur dans l'accomplissement de la tâche qu'il entreprend, et non dans la signification de cette tâche.

« C'est qu'en vérité le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout »

Commentaires

0