Voyage, Voyage

L'aventure de Metycea

Sante_entreprise

L’heure n’est pas au vieux remix de chanson mais j’attribue ce titre évocateur pour aborder la thématique des déplacements professionnels. Le voyage vers Paris pour la conférence E-commerce 2008 m'a donné l’occasion de narrer quelques pensées personnelles quant au voyage.

Rallier Paris depuis Toulon ne demande aujourd’hui pas plus de 4 heures grâce à la ligne de TGV rapide depuis Marseille.

Pour ce périple, j’ai toujours privilégie le train à l’avion et ce pour 3 raisons :

  1. D’une part, aucun de ces déplacements ne se font pour le moment dans l’urgence (je suis parti un samedi soir pour Paris) et ne nécessite donc pas de miser sur la rapidité du parcours.
  2. D’autre part, le coût du voyage en avion reste plus onéreux que le train (et ses différentes cartes de réduction dont nous bénéficions)
  3. Enfin, et sans doute, la raison majeure : je reste très attaché à ces 4 heures de coupure.

Le voyage, même s’il n’est qu’un court déplacement, reste toujours un plaisir. Il rompt avec la « monotonie » de la semaine. Bien entendu on peut difficilement parler de monotonie dans une vie de chef d’entreprise mais le voyage tranche justement avec ce quotidien.

En perspective de boucler cette année 2008 bien dense, Metycea est une aventure quotidienne très prenante sur un rythme plus que soutenu. Prendre le train me pousse à déconnecter réellement pour me retrouver dans l’intimité de cette création d’entreprise et renouer avec cette envie d’entreprendre.
L’idée même de voyager, de pouvoir méditer sur les paysages, de s’éloigner quelque peu du quotidien de l’activité m’aide à y revenir sous un nouvel angle.

Je m’essaie traditionnellement de conserver cette « méditation » et ce recul vis-à-vis de la création d’entreprise. J’ai aussi récemment changé de rythme de travail pour arriver plus tôt au bureau et bénéficier à la fraîche de calme.

A défaut, il m’arrive le soir ou dans un recoin de week-end de poser sur une feuille blanche les objectifs de Metycea. Le voyage reste une période définie de 4 heures durant laquelle je sais que je peux me focaliser sur cela avec en toile de fond l’excitation du déplacement. L’écriture de ce billet en est l’un des enfants.

Les fêtes de fin d'année nous pousse à nous projeter sur l'envie de découvrir de nouveaux horizons et de nouveaux visages...Une période de repos attendue avant de repartir en pleine forme pour 2009.

Et vous, ressentez-vous la même chose lors de vos voyages ?

Commentaires

0